Nora Aceval, la passeuse à la voix nue

Publié le par lavidiza

Je surfe énormément sur la toile mais je surfe aussi beaucoup dans la vie réelle. Ainsi il y a quelques mois, une amie me parle d'un concert dans une librairie où je découvre le travail d'une conteuse que j'ajoute à mes amis Facebook. Après quelques échanges de courriels, nous nous sommes rencontrées il y a quelques mois dans cette librairie-là justement. Je vous parlerai une autre fois de la librairie. Aujourd'hui je vais vous parler de la conteuse et de son travail.

Nora Aceval est une conteuse franco-algérienne.  Son enfance fut bercée par les contes populaires que racontaient les femmes de sa tribu. Elle a un diplôme d’Infirmière et une maîtrise de lettres modernes. A l'âge de 40 ans, elle a réalisé "par hasard"qu'elle était porteuse de contes et "conteuse par hasard" et elle a décidé de ne pas en rester là.

Depuis presque 20 ans, elle effectue un travail de collectage de contes en Algérie, au Maghreb et même en France. Il n'y a plus beaucoup de collecteurs de contes à notre époque et heureusement Nora écoute, enregistre, traduit, transcrit et écrit ces histoires qui ont traversé les siècles et puis aussi elle les raconte, elle les transmet, elle les passe et leur fait continuer leur route à travers le temps et l'espace.

Son répertoire lui vient donc exclusivement de l’oralité et c'est une conteuse dans la belle tradition des voix nues. Elle raconte, en toute simplicité, en français, avec çà et là quelques mots en arabe, des contes pour adultes et des contes pour enfants. Ses gestes sont grâcieux, son parler est simple et son regard tellement malicieux...

Elle a publié quelques albums de contes pour enfants, entre autres chez Seuil, mais ce sont ses derniers livres qui m'ont permis de la découvrir; et plus précisément "La science des femmes" et "La chamelle"..

Forcément, quand Isabelle Roso tombe sur le titre « La science des femmes », elle s'arrête »! Ah bon vous aussi? La science des femmes et de l'amour, c'est l'histoire d'un roi qui est en âge de laisser sa place à son fils. Celui-ci est très instruit mais pourtant selon son père, il n'est pas encore prêt à monter sur le trône. Il ne connaît pas... la science des femmes! Alors comme dans tous les contes, le prince enfourche son chameau et met la route sous ses pieds pour tout apprendre de cette science dont il ne connaît que le nom... En chemin, il vit des aventures et il en entend d'autres et il fait son apprentissage. Ce livre est donc, un peu comme les Mille et Une Nuits, un enchevêtrement de récits que Nora a reçu en héritage des femmes de sa famille.  En effet, dans sa tribu, ce sont surtout les femmes qui racontent, le soir, dans la pénombre ou l'obscurité. Ce qu'elle a rassemblé ici, ce sont des contes réservés aux adultes qui se racontent comme des petits secrets, des contes à propos de maris jaloux, d'amants désespérés, d'épouses naïves ou de femmes rusées... Chez elle, confier un conte, c'est un acte d'intimité et d'intimité, il en est bien question dans ces contes. Intimité mais universalité aussi et toujours avec délicatesse et humour, sans aucune vulgarité.

Comme j'ai aimé ce livre, j'ai lu l'autre! Chez le même éditeur, Nora a en effet publié "Les Contes Libertins du Maghreb" et "La Chamelle", deux très belles sélections de courts contes libertins forcément. Ne vous arrêtez pas au premier degré: chaque conte explore les milles et une façons qu'ont les femmes - jeunes ou vieilles - de s'accommoder et de contourner les carcans que leur société leur impose. Les situations sont souvent cocasses, les récits facétieux et ironiques et les hommes y ont rarement le beau rôle.  Coquines, érotiques, drôles, émouvantes, ces histoires racontent l'intelligence féminine, le plaisir et le désir que l'on ne peut jamais empêcher et qui resurgit toujours.

Le 29 mars 2012, j'ai passé plusieurs heures à parler avec Nora Aceval. Et quand deux conteuses se racontent, elles parlent  de l'oralité, de la transmission, du pouvoir du conte, de ce qu'est le conte aujourd'hui en France, en Algérie et en Belgique, de la manière de raconter, de l'écriture, du regard et bien-sûr des femmes. Bref, ce fut un beau moment de partage, sincère, long et intense. Il faut dire que Nora, elle parle, elle parle, elle parle mais telleemtn bien... Et depuis on se parle régulièrement sur Facebook.

Nora m'a autorisé à intégrer ses contes à mon répertoire car l'important pour elle est qu'ils continuent à vivre et à aller de bouche en oreille, d'oreille en bouche... Vous en découvrirez certainement l'un ou l'autre lors des spectacles prévus au mois de mars 2013...  Elle m'a aussi confié qu'elle préparait un quatrième ouvrage sur les sagesses et malices des femmes...

Patience donc et continuons à surfer sur le hasard...

Publié dans Contes et conteurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article